Une startup suédoise organise un voyage avec dirigeable vers le pôle Nord

Ceux qui lisaient dans son enfance « Five Weeks in a Balloon » de Julio Verne, ont certainement conservé dans leur imagination le désir de survoler le monde à bord d’un dirigeable, s’aventurant dans des territoires inconnus et sombres. Les dirigeables ont été mis hors des projecteurs au début du XXe siècle, mais une startup suédoise est prête à ressusciter le plan de l’écrivain français – et plus audacieux. OceanSky Cruises prévoit, à bord d’un dirigeable, d’organiser des voyages de luxe au pôle Nord.

Lire également : Megan Fox est une vampire dans le film d'horreur Netflix « The Passengers », bande-annonce

Sujet a lire : L'interdiction des CFC peut avoir retardé l'effondrement climatique

Les réservations sont même ouvertes, mais le prix de la cabine pour deux personnes est salé : 232 845$, soit 1,3 million de R$ en conversion directe. La première expédition est prévue en 2023 ou 2024.

Lire également : Motorola Moto G100 - Test de batterie

« Nous espérons faire une différence dans la façon dont les gens voyagent à l’avenir et nous voyons un grand potentiel dans les aérostats [plus légers que les avions aériens comme les ballons et les dirigeables] comme une option abordable pour des voyages confortables, élégants et propres pour les passagers conscients », explique le pilote commercial Carl-Oscar Lawaczeck, PDG d’OceanSky.

Dans le meme genre : Clubhouse annonce une nouvelle fonctionnalité pour inviter les gens à rejoindre les réseaux sociaux

Le candidat est le concept de recherche militaire des États-Unis

Bien que la société n’ait pas sorti son véhicule officiel, Airlander, un dirigeable fabriqué par Hybrid Air Vehicles (HAV), est (pour l’instant) le seul candidat à la mission. Il y a dix ans, HAV a développé un concept de dirigeable à grande échelle dans le cadre d’un programme de recherche militaire pour les États-Unis. Après que l’avion a été mis au rebut par le gouvernement américain, la société britannique a commencé à travailler sur un plan de réutilisation. C’est ce que Airlander est né.

« Les dirigeables peuvent transporter des charges comparables à celles de certains avions commerciaux, mais ils n’utilisent qu’une petite fraction de l’énergie pour les transporter sur la même distance », explique Lawaczeck, qui travaillait pour des compagnies aériennes comme SAS.

Un point négatif est que les dirigeables sont beaucoup plus lents que les avions commerciaux, mais de l’avis de l’homme d’affaires suédois, cela peut être un avantage. C’est parce que l’idée d’une croisière transatlantique est précisément d’offrir la possibilité d’apercevoir la faune arctique du pôle Nord depuis le sommet du dirigeable.

« Nous pouvons descendre à 300 pieds, jusqu’à 100 pieds, si nécessaire, aussi lentement qu’une bicyclette, pour donner aux passagers un aperçu de ces habitats polaires », plaide-t-il.

Vous voulez un tel point de vue ? Il suffit de payer 1,3 million de R$ pour une cabine pour deux personnes (Oceansky/Disclosure)

Pompe et durabilité

Malgré son inspiration au XIXe siècle, le dirigeable OceanSky n’aura rien de vintage : à l’intérieur, il y a 16 cabines similaires aux chambres d’hôtel, dotées d’une technologie de pointe. L’idée de Lawaczeck, en fait, est de faire de l’expédition une sorte de « pique-nique sur la casquette polaire », avec un équipage de sept personnes pour faire le service à bord, dont un chef cuisinier. Une . La conception aura un rapport avec le côté patrimonial du projet et évoquera l’ère des dirigeables », explique-t-il.

North Pole Expedition a l’air d’une croisière de luxe (Oceansky/Disclosure)

De plus, contrairement aux zéppelins de la Première Guerre mondiale, Lawaczeck est déterminé à ne pas laisser de résidus ou de traces de carbone sur place. L’entrepreneur raconte comment son intérêt pour les dirigeables est né en grande partie de l’intérêt pour la recherche de moyens de voler avec de faibles émissions.

« L’idée d’OceanSky est de rendre l’aviation durable », déclare Lawaczeck, qui vise à adopter des véhicules 100 % électriques à l’avenir. Airlander fonctionnera avec un groupe motopropulseur hybride. « Pour avoir un impact sur le changement climatique, nous devons faire évoluer nos opérations et pénétrer dans d’autres segments de marché. »

La ville de Svalbard, à l’extrémité nord de la Norvège, servira de base pour la croisière aérienne. En plus de l’expédition, OceanSky prévoit également de réaliser des voyages expérimentaux avec des dirigeables pour le transport de marchandises.

En savoir plus

Sur le meme sujet