Uber reçoit une amende de 1 million de R$ pour avoir « nui à la dignité humaine » d’un conducteur – Législation – info

Le tribunal régional du travail de la 4e région a reconnu la relation de travail entre un pilote Uber et la plateforme de course d’applications. Comprenant que l’employé crée une relation de dépendance avec l’entreprise, qui a un contrôle total et un pouvoir de décision et un superviseur, le 8e Panel de TRT-4 a ordonné à Uber d’indemniser la victime d’un million de reais pour dommages sociaux.

A découvrir également : Une startup suédoise organise un voyage avec dirigeable vers le pôle Nord

A lire aussi : Loki mourrait dans la version originale de 'Thor : The Dark World'

Uber a été condamné à une amende de 1 million de reais pour avoir porté atteinte à la « dignité humaine » du travailleur (Image : Divulgation)

Cela peut vous intéresser : OpenSea est-il une place de marché NFT sous-évaluée ?

Le chauffeur s’est adressé au tribunal contre Uber pour avoir prétendu avoir été licencié par l’entreprise sans motif. Dans cette optique, l’autonome a demandé à TRT-4 de reconnaître le lien de travail avec la plateforme, en plus d’exiger le paiement d’une indemnité pour avoir été bloqué de l’application.

Sujet a lire : vente enligne cosmetique

La demande du conducteur a été rejetée en première instance. Mais en deuxième instance, la 8e classe a donné lieu à l’appel interjeté par le chauffeur. Le rapporteur de l’affaire devant le tribunal, le juge Marcelo Ferlin D’Ambroso, a souligné que la différence entre le travailleur indépendant et le travailleur salarié lié est due à l’absence de subordination et à la non-éventualité du service fourni.

La décision de la première instance a reconnu la non-éventualité

entre le conducteur et Uber, mais a affirmé qu’il n’y avait pas de subordination dans la relation de travail, car il la considérait comme « fragile », puisque l’autonomie dans l’affaire est cotée par les passagers et non par le quai.

Cependant, Ferlin D’Ambroso a réévalué l’aspect de la subordination : pour le magistrat, les activités du chauffeur renforcent l’objectif social d’Uber, qui constitue une relation de travail. Le fait que le travailleur utilise de l’argent de sa poche pour dépenser de l’essence et du véhicule n’atteste pas d’une relation d’indépendance entre autonome et l’entreprise, car de telles conditions seraient imposées par Uber.

L’entreprise est également responsable de la rémunération du travail des chauffeurs. Il appartient également à Uber de déterminer qui peut ou non s’inscrire sur la plateforme, pendant combien de temps une personne peut conduire et, enfin, si elle peut ou non être bannie ; Uber choisit même les raisons pour lesquelles il peut suspendre l’autonomie.

Le

magistrat TRT-4 critique « l’uberisation »

Le juge a également souligné que la soi-disant « uberisation » du travail – qui n’inclut pas accidentellement le nom de l’entreprise, dit Ferlin D’Ambroso – conserve les mêmes éléments qui composent un relation de travail, malgré le fait qu’il se fait passer pour une relation de travail qui place l’employeur dans la position de « travailleur indépendant » ou de « microentrepreneur ».

Ferlin D’Ambroso, magistrat du TRT-4, écrit dans la décision :

Donc, seul ce qui change, c’est le masque, la fraude empruntée et perfectionnée par l’algorithme qui tente cial. De toute évidence, la forme de prestation de services ne dénature pas l’essence de la relation de travail, fondée sur l’exploitation du travail pour le compte d’autrui, car les moyens de production restent la propriété de la plateforme. En d’autres termes, il n’y a rien de nouveau là-dedans, si ce n’est la nouvelle méthode d’ingénierie informatique frauduleuse pour masquer la relation de travail.

Uber a porté atteinte à la dignité humaine du chauffeur

Le magistrat conclut qu’Uber a également pratiqué le dumping social – c’est pourquoi l’entreprise doit payer une indemnité de 1 million de R$, une amende qui sera inversée à une institution philanthropique choisi par le bureau du procureur du travail (MPT). Ferlin D’Ambroso souligne qu’Uber n’avait pas la dignité humaine du travailleur, dans le but de réduire considérablement les coûts de production. Cela a engendré ce que le magistrat appelle une « concurrence illégale ».

La décision de la TRT de la 4e région de reconnaître la relation de travail entre Uber et l’un de ses chauffeurs est conforme aux discours de la présidente du TST (Tribunal supérieur du travail), Maria Cristina Peduzzi. Elle, dans une interview accordée à UOL, a défendu que les employés autonomes inscrits sur les plateformes de l’entreprise – mais aussi dans d’autres services par demande, comme iFood et 99 – peuvent aller en justice s’ils se sentent blessés. Le ministre a également défendu que ces travailleurs jouissent de droits minimaux.

Pour info, Uber a envoyé la position suivante à propos de la décision TRT-4 :

Uber précise qu’il n’a pas eu accès à la décision mentionnée par le site Conjur, puisqu’aucun jugement n’avait été publié par TRT de la 4e Région au moment du rapport, il est donc étrange que le a été publié à la presse avant que le rite juridique d’inspirer les parties à l’issue d’une affaire judiciaire ne soit accompli.

Considérant que le contenu susmentionné est vrai, dès qu’elle en aura connaissance, l’entreprise fera appel de la décision, ce qui représente une compréhension isolée et contraire à celle d’autres affaires déjà jugées par le tribunal régional lui-même et par le TST (Tribunal supérieur du travail) – le plus récent d’entre eux en mai.

En refusant un accord signé entre les parties, la 8e classe annule la volonté expresse de ses juridictionnaires et ignore complètement la directive du tribunal du travail de préférence pour la résolution consensuelle des conflits. L’appel d’Uber présentera également tous les faits nécessaires à l’annulation de l’évaluation, appliqués par la classe sans aucune demande dans le processus et sur la base d’une argumentation apparemment idéologique. Contrairement à l’avis exprimé par le rapporteur, depuis son arrivée dans le pays, la plateforme Uber a intermédié des voyages qui ont généré des revenus de 68,4 milliards de reais pour les chauffeurs et les coursiers partenaires, en plus d’avoir du tribunal du travail ont construit une jurisprudence solide confirmant le fait qu’il n’y a pas de relation d’emploi entre Uber et les chauffeurs partenaires, soulignant le manque d’onérosité, d’habitualité, la personnalité et la subordination, exigences qui façonneraient la relation de travail. Dans tout le pays, il y a déjà plus de 1 270 décisions rendues par les tribunaux régionaux et les tribunaux du travail à cet égard, et il n’existe aucune décision consolidée qui détermine l’enregistrement d’un chauffeur partenaire en tant qu’employé Uber.

En ce qui concerne la relation de travail avec les chauffeurs, Uber déclare :

Les chauffeurs partenaires ne sont pas des employés et ne fournissent pas de services à Uber : ce sont des professionnels indépendants qui embauchent la technologie d’intermédiation numérique offerte par l’entreprise via l’application. Les conducteurs choisissent librement les jours et les heures d’utilisation de l’application, qu’ils acceptent ou non les voyages, et même après cela, il y a toujours la possibilité d’annulation. Il n’y a aucun objectif à atteindre, aucun nombre minimum de voyages n’est requis, il n’y a pas de patron pour superviser le service, il n’y a pas d’obligation d’exclusivité dans l’embauche de l’entreprise et il n’y a aucune détermination à accomplir le trajet minimum.

Le TST a déjà reconnu, en quatre essais, qu’il n’y a pas de relation d’emploi entre Uber et les partenaires. Dans le plus récent, la 5e classe a écarté l’hypothèse de subordination dans la relation du conducteur avec l’entreprise puisqu’il peut « allumer et désactiver l’application en même temps » et « se rendre disponible, en même temps, pour autant d’applications de voyage qu’il le souhaitait ».

En mars, la 4e classe a décidé à l’unanimité que l’utilisation de l’application ne constitue pas un lien car il y a « une large autonomie pour le conducteur de choisir le jour, l’heure et le mode de travail, pouvant désactiver l’application à tout moment et aussi longtemps qu’il le juge nécessaire, sans aucun lien avec certains objectifs d’Uber ».

Une

entente similaire a déjà été adoptée dans deux autres procès TST en 2020, en février et septembre, ainsi que par la Cour supérieure de justice dans des procès depuis 2019 – le plus récent a été publié il y a quelques semaines.

Sur le meme sujet