Quel laboratoire choisir pour une calorimétrie différentielle à balayage ?

Alors qu'on travaille dans le domaine de la santé et en particulier celui pharmaceutique, il faut sans cesse être très vigilant à propos des médicaments que l'on administre aux patients. Il ne s'agit d'ailleurs pas que des substances actives : les excipients peuvent en effet avoir également des effets indésirables sur l'organisme des individus. Et afin d'éviter certaines erreurs, on réalise une calorimétrie différentielle à balayage aussi appelée “analyse DSC”. Dans cet article, on va s'intéresser aux critères pertinents pour trouver un bon laboratoire dans le domaine !

Critère n°1 : la qualité du matériel et des protocoles mis en place

La première chose à vérifier avant de choisir un laboratoire pour une analyse DSC est la qualité du matériel et des protocoles utilisés. En effet, il faut s'assurer que le laboratoire dispose d'un appareil de calorimétrie différentielle à balayage performant et fiable. Autrement dit, un équipement qui permet de mesurer avec précision les variations de chaleur liées aux transitions thermiques des échantillons.

A voir aussi : Spoutnik V : c’est l’opinion des slaves sur le vaccin contre le coronavirus russe

Bien sûr, il faut également que le laboratoire respecte les normes et les bonnes pratiques en vigueur dans le domaine. Pour cela, n'hésitez pas à vérifier qu'il est bien accrédité par l'organisme COFRAC. L'accréditation “COFRAC ISO 17025” est par exemple très reconnue dans le domaine.

Critère n°2 : l'expérience et la réputation du laboratoire

Pour ce qui est de l'expérience et de la réputation du laboratoire, il va falloir que vous fassiez quelques recherches de votre côté. L'enjeu est d'en savoir un minimum sur le parcours et les compétences des équipes impliquées puisque si vous avez affaire à des professionnels relativement jeunes, le risque d'erreur d'interprétation est plus élevé. N'hésitez pas à vous référer aux témoignages d'anciens clients, même si c'est souvent compliqué de démêler le vrai du faux avec les avis présents sur internet.

A lire en complément : En savoir plus sur les zones érogènes masculines

Enfin, intéressez-vous à la communication du laboratoire en question : si vous estimez que les termes employés sonnent faux ou qu'il y a des erreurs, c'est qu'il va falloir chercher ailleurs !

© A la case - Tous droits reservés